Hillsong – Let Hope Rise – Un film qui sort des sentiers battus !


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Let Hope Rise - Hillsong Movie
Let Hope Rise – Hillsong Movie

Let Hope Rise, un film pas comme les autres !

Des films en tout genre, ce n’est pas ce qui manque au cinéma ! Action, comédie, science-fiction, fantastique, etc. sont le dada quotidien des programmations cinématographiques. Mais ici, nous avons à faire à une production d’un tout autre genre ! En effet, les films qui parlent de musique ou de groupes de musiciens se font rare. Nous avons ici quelque chose d’encore plus rare ! Un film qui parle de louanges issues d’un mouvement chrétien baptisé Hillsong. Vous allez surement vous demander, mais pourquoi faire un tel film ? A quoi cela va-t-il ressembler ? Ou vous exclamez : ça va être ennuyeux ! Je n’y vois aucun intérêt ! … Détrompez-vous donc et laissez-vous surprendre par « Let Hope Rise » qui a su se frayer un chemin jusque sur le grand écran, parce que Hillsong a su faire la différence !

Hillsong – Un aperçu…

Qu’est-ce que Hillsong ? En avez-vous déjà entendu parler ? Peut-être avez-vous déjà écouté leur musique ? Hillsong est un mouvement ou plutôt une assemblée d’églises chrétiennes protestantes évangéliques répartie dans le monde entier. On trouve ainsi des églises Hillsong à Sydney en Australie là où tout a commencé, mais encore à Londres, Paris, Lyon, Copenhague, Stockholm, Barcelone, Amsterdam, Düsseldorf, Constance, New-York, Los Angeles, Moscou, Kiev, Cape Town… Cette église a été fondée en 1983 par le pasteur Brian Houston et n’a cessé de s’agrandir depuis. Après 30 ans, le mouvement compte environ 100 000 participants chaque semaine, 16 millions d’album vendus et 30 millions de personnes chantant leurs chansons ! Hillsong se présente comme une église qui croit en Jésus, qui aime Dieu et les gens. Vous l’aurez compris, Hillsong est donc majoritairement connu pour ses musiques de louanges célèbres dans le milieu chrétien. Qu’est-ce qui peut donc rassembler une telle foule de personnes ? Let Hope Rise va surement vous apporter la réponse. Pour cela, il reste encore quelques mois à attendre ! Voici un avant-gout de la louange Hillsong.

 Hillsong – Sur la toile…

Hillsong ne manque pas sa présence sur la toile et les réseaux sociaux. Nous avons dégoté pour vous quelques liens pour mieux comprendre ce à quoi vous attendre en allant voir Let Hope Rise :

– YouTube : https://www.youtube.com/user/hillsonglive

– Twitter : https://twitter.com/Hillsong_Movie

– Facebook : https://www.facebook.com/officialhillsongmovie

 Let Hope Rise – Trailer à découvrir…

Sans plus attendre voici donc la bande annonce et son site internet : http://hillsongmovie.com/

https://www.youtube.com/watch?v=OwZvAejhfZA

Cameron Diaz nue dans le film Sex Tape


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
sex tape avec Cameron Diaz
sex tape avec Cameron Diaz

Vous ne connaissez pas le Kamasutra ? Sex Tape, avec Cameron Diaz et Jason Segel, vous fera découvrir ce dernier, et ce, avec plein d’humour. Le film de Jake Kasdan, sortie en salle le 10 septembre 2014, est une belle comédie. Toutefois, le scénario reste assez plat contrairement aux formes de la plantureuse Cameron Diaz, qui permettez-le moi, rien que par sa prestance, fait dresser le scénario par le haut. Alors bon, pas bon ?

Cameron Diaz se dévergonde dans Sex Tape

Et c’est peu de le dire dans cette comédie américaine peu raffinée. Tout le Kamasutra est revisité. Tiens au passage, on découvrira aussi toute la maison par la même occasion : cuisine, salon, chambre… Tout est propice à réaliser une belle sex tape. L’affiche nous a donné envie de voir le film et nous avons été remarquablement récompensés par le beau fessier de Cameron Diaz.

Dans Sex Tape, il y a aussi de l’humour

Au-delà du côté coquin, Sex Tape reste une comédie moyenne au scénario pas assez développé. On se retrouve projeté dans la vie d’un couple dont l’amour passionnel est érodé. Alors quoi de mieux que de pimenter la vie sexuelle avec une sex tape ? Toujours est-il qu’il faut être capable de supprimer la vidéo, cette dernière se retrouvant diffusée. C’est aussi à ce moment précis que le scénario devient une comédie aux divers rebondissements. On avait déjà eu droit au duo Cameron Diaz et Jason Segel dans le film Bad Teacher et franchement, on est très loin du niveau qui fut atteint dans le précédent film. Sex Tape reste une comédie sympathique mais sans plus. La dernière recommandation que nous pourrions vous donner : ne soyez pas comme Valbuena, faites très attention à votre sex tape !

Synopsis: la Sex Tape avec Cameron Diaz

Jay et Annie s’aiment, mais dix ans de mariage et deux enfants ont un peu érodé leur passion. Pour ranimer la flamme, ils décident de filmer leurs ébats lors d’une séance épique. L’idée semble bonne… jusqu’à ce qu’ils s’aperçoivent que la vidéo a été envoyée par erreur à tout leur entourage, familial et professionnel ! Pris de panique, ils sont prêts à tout pour faire disparaître le film à scandale chez chacun des destinataires. Ils jouent leur réputation, leur carrière, leur mariage et leur santé mentale…

top des films paranormal activity: notre classement


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Paranormal Activity - Dossier et résumé du film
Paranormal Activity – Dossier et résumé du film

Le classement Paranormal Activity: le top 5

C’est avec un grand plaisir que nous vous annonçons l’heureux gagnant du top 5 (roulement de tambour…). La place du vainqueur revient au n°5 – The marked ones. Eh oui ce nouvel opus est le meilleur des 5, allez vérifier vous-même en salle dès le 1er janvier 2014 ! Vous ne serez pas déçus ! La deuxième place revient au deuxième opus de cette série. En troisième position, nous avons positionné le tout premier Paranormal Activity. Ce n’est pas une troisième place en bas du podium, mais une bonne position dans notre classement qui se voit attribuer la médaille de bronze. Le film ne démérite pas, loin de là. En effet, celui-ci a eu le mérite d’être un bon précurseur du genre ! Une découverte qui a donné goût à cette saga. La quatrième place est prise quant à elle par le troisième opus, qui manque de peu le podium. Même si de nombreuses scènes font leur effet, l’action y est plus lente comparé au trois premiers. Malgré tout, le scénario à l’avantage d’ouvrir de nouvelles portes qui seront développées plus tard et le dernier quart du film nous tient en haleine comme il se doit ! La dernière place est attribuée au quatrième opus. En effet même si ce dernier se démarque du reste des épisodes, on pourra lui reprocher une approche assez lente et une entrée en matière qui arrive un peu tard. En effet ce n’est que vers les dernières minutes du film que la pression augmente. Pour résumer, voici donc notre top 5 Paranormal Activity !

[pub]

Film N°5 : Paranormal activity 4

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ] Un film américain de Henry Joost et Ariel Schulman (2012) avec Katie Featherston, Kathryn Newton, Matt Shively.

Synopsis Paranormal activity 4

Ce quatrième volet se situe cinq ans après les faits qui se déroulaient dans “Paranormal Activity 2”, alors que Katie, possédée par le démon et après avoir tué sa sœur, enlevait son neveu Hunter. Rebaptisé Robbie, celui-ci s’installe avec sa tante dans une tranquille zone pavillonnaire. Mais Alex, la fille adolescente des voisins, voit d’un mauvais œil l’emménagement de ces nouveaux locataires, percevant des phénomènes étranges depuis leur arrivée. Alors que Katie est souffrante, ses voisins acceptent d’héberger Robbie : un service qui va leur être fatal…

[/box]

 

Film N°4 : Paranormal activity 3

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ] Un film américain de Henry Joost et Ariel Schulman (2011) avec Lauren Bittner, Christopher Nicholas Smith, Chloe Csengery

Synopsis Paranormal activity 3

Les origines des phénomènes paranormaux qui poursuivent la jeune Kate, à travers un prequel qui revient sur sa jeunesse…

[/box]

 

Film N°3 : Paranormal activity

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ] Un film américain de Oren Peli (2009) avec Katie Featherston, Micah Sloat, Amber Armstrong

Synopsis Paranormal activity

Un jeune couple suspecte leur maison d’être hantée par un esprit démoniaque. Ils décident alors de mettre en place une surveillance vidéo durant leur sommeil afin d’enregistrer les évènements nocturnes dont ils sont les victimes. Les images récupérées de septembre à octobre 2006 ont été montées en un film de 86 minutes, « Paranormal Activity ».

[/box]

 

Film N°2 : Paranormal activity 2

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ] Un film américain de Tod Williams (2010) Katie Featherston, Brian Boland, Molly Ephraim

Synopsis paranormal activity 2

L’esprit démoniaque du premier Paranormal Activity est de retour, et c’est une nouvelle famille fraîchement installée dans une belle demeure qui va en faire les frais…

[/box]

 

Film N°1 : Paranormal activity: the marked Ones

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ] Un film américain de Christopher Landon (2014) avec Andrew Jacobs, Jorge Diaz, Molly Ephraim

Synopsis Paranormal Activity: the marked Ones

Spin-off de la saga Paranormal Activity : alors que Jesse, après avoir été « marqué », est poursuivi par des forces mystérieuses, sa famille essaye de le sauver.

[/box] Maintenant à vous de faire votre classement et votre propre opinion ! 🙂

Mister Babadook – Les cauchemars d’enfance sont de retour


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Mister Babadook
Mister Babadook

Avec Mister Babadook, vous allez revisiter vos épouvantes d’enfance. L’aspect psychologique des personnages est bien travaillé et la pression monte crescendo. Un film qui sort des sentiers battus des films d’épouvante même si l’on retrouve les ingrédients principaux du genre. En un mot : intriguant ! Saurez-vous surmonter vos craintes ?

Mister Babadook – Tremblez mes enfants !

Mister Babadook est une histoire d’enfants adaptée aux adultes pour vous faire peur avant d’aller se coucher. Une histoire à vous faire dormir debout ! Plus sérieusement, la qualité du film se reflète à travers l’interprétation des deux protagonistes : la mère Amelia et son enfant Samuel. Le caractère psychologique de ces deux derniers est extrêmement développé. C’est d’ailleurs ce qui vitalise le scénario et qui donne beaucoup d’intérêt au film. On regrettera en revanche la trame de fond assez simpliste. On suppose ici que la réalisatrice a préféré justement mettre en avant l’intrigue psychologique des deux acteurs comme moteur de cette trame.

Parfois du côté du fils, d’autres fois du côté de la mère, le spectateur se fait ballotter jusqu’à la moitié du film pour suspecter d’où vient le problème. Ce n’est qu’un peu après, lorsque le fameux antagoniste Babadook prend le contrôle d’Amelia, que les choses commencent à se préciser. Tout le film est bâti sur une lutte interne aux personnages. Même si le fameux Mister Babadook reste une réalité, il n’en représente pas moins le résultat d’un élément déclencheur de la vie d’Amelia et de Samuel, à savoir la perte respective de son mari et de son père. Amelia va ainsi apprendre au final à se libérer de son passé et à surmonter ses propres craintes en dominant Babadook. D’une certaine façon, le film nous apprend qu’il faut surmonter nos peurs les plus profondes.

Pour approfondir le film, nous vous faisons découvrir l’interview avec la réalisatrice Jennifer Kent :

Ainsi que l’interview de l’actrice Essie Davis, Amelia dans le film. Essie est diplômée du National Institute of Dramatic Art australien. C’est l’une des actrices de cinéma, de théâtre et de télévision les plus respectées en Australie. Au cinéma, Essie Davis a incarné une multitude de rôles : dans La Jeune Fille à la Perle de Peter Webber, dans Matrix Reloaded et Matrix Revolutions des Wachowski, Code 46 de Michael Winterbottom, Isolation, Australia de Baz Luhrman… On comprend mieux la qualité d’interprétation de son rôle d’Amelia dans Mister Babadook !

 Mister Babadook – Synopsis

Depuis la mort brutale de son mari, Amelia lutte pour ramener à la raison son fils de 6 ans, Samuel, devenu complètement incontrôlable et qu’elle n’arrive pas à aimer. Quand un livre de contes intitulé ‘Mister Babadook’ se retrouve mystérieusement dans leur maison, Samuel est convaincu que le ‘Babadook’ est la créature qui hante ses cauchemars. Ses visions prennent alors une tournure démesurée, il devient de plus en plus imprévisible et violent. Amelia commence peu à peu à sentir une présence malveillante autour d’elle et réalise que les avertissements de Samuel ne sont peut-être pas que des hallucinations…

Paranormal Activty : The Marked Ones – La sortie Blu-ray et les bonus


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Paranormal Activity - The Marked-Ones
Paranormal Activity – The Marked-Ones

On l’attendait avec impatience, eh bien c’est fait ! Le DVD, Blu-ray de Paranormal Activity : The Marked Ones, dernier opus de la saga, est enfin sortie. Ce cinquième film, qualifié comme l’un des meilleurs, ne va pas vous décevoir !

Paranormal Activity : The Marked Ones – Le Synopsis

Spin-off de la saga Paranormal Activity : alors que Jesse, après avoir été « marqué », est poursuivi par des forces mystérieuses, sa famille essaye de le sauver

Paranormal Activity : The Marked Ones – Les bonus : scènes coupées

Ce n’est pas moins de sept scènes qui furent coupées lors de la réalisation du film en version cinéma. Certaines d’entre elles apportent véritablement un plus, non pas en terme de scénario mais en terme de mise en condition du spectateur. En effet, sur ces sept scènes, trois (en gras ci-dessous) auraient été fortement appréciées en salle si elles n’avaient pas été coupées. Pour les découvrir, vous devrez donc vous fournir cette dernière sortie Blu-ray. Dans cette attente, on vous fait part des noms qui ont été donnés à ces scènes :

  • La grand-mère baragouine (en espagnol)
  • Nettoyage de l’appartement d’Ana
  • Chavo grogne contre le placard : le chien de la famille de Jesse et Irma se met à aboyer devant la porte d’un placard en pleine nuit. Jesse va alors voir ce qu’il se passe et ouvrir la porte ! Que va-t-il se passer ? Une scène qui aurait pu vraiment faire partie du film lors de sa diffusion au cinéma.
  • Jesse sur le toit de l’église après la fête
  • Le SIMON hanté : Le SIMON est un jeu électronique de mémorisation des couleurs. Celui-ci est utilisé dans « The Marked Ones » pour communiquer avec l’esprit qui a pris possession de Jesse. En pleine nuit, à 2h du matin, Jesse se réveille et voit alors le SIMON s’éclairer tout seul au milieu de la table du séjour. Une bonne scène pour nous mettre bien dans l’ambiance !
  • La botanica / Irma purifie Jesse et l’appartement
  • MEUS dans la chambre de Jesse : En pleine nuit (oui encore :)) les amis de Jesse se réveillent et constatent qu’il n’est plus dans sa chambre. En regardant dans la maison, ils s’aperçoivent qu’il est sur un lit dans une autre pièce dans une sorte de transe ; au moment où sa tête se tourne vers la porte, c’est le drame 🙂 ! Une scène qui aurait pu être intégrée dans sa version originale mais que vous pourrez découvrir avec la sortie Blu-ray.

Paranormal Activity : The Marked Ones – Conclusion

Les fans du genre se régaleront à compléter leur filmothèque avec ce dernier Blu-ray de la saga Paranormal Activity. Les scènes coupées, dont certaines sont à valeur ajoutée, vous mettrons véritablement dans l’ambiance. On pourra néanmoins regretter le fait qu’il n’y ait pas de making-of. C’est donc la version longue non censurée qui vous fera revivre le film encore plus intensément !

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Paranormal Activity : The Marked Ones – La fiche technique

Un film de Christopher Landon
avec Andrew Jacobs (XII), Jorge Diaz, Molly Ephraim
genre : Epouvante-horreur
Nationalité : Américain
Durée : 1h24
Studio : Paramount Pictures
Date de sortie du DVD : 14 mai 2014
Acheter le DVD sur Amazon à partir de 17,96€
Acheter le Blu-ray sur Amazon à partir de 22,95€

[/box]

The Baby – On vous donne le mode d’emploi pour faire naître le mal!


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
The baby - critique résumé et avis du film
The baby – critique résumé et avis du film

Un heureux événement vous attend ! Assisterez-vous à l’accouchement ? The Baby va jouer avec vos angoisses les plus profondes.

The Baby – Le Synopsis

Suite à une soirée bien arrosée lors de leur lune de miel, deux jeunes mariés doivent gérer une grossesse survenue plus tôt que prévu. Alors que le futur père choisit d’immortaliser les neuf mois à venir en filmant sa femme, il découvre que celle-ci adopte un comportement de plus en plus inquiétant, témoignant de changements profonds aux origines à la fois mystérieuses et sinistres…

The Baby – La Critique

Encore un film qui va vous donner des frissons ! The Baby ne déroge pas à l’art des films d’épouvante. En quelques mots tout y est : filmer en caméra subjective, utilisation du thème de l’enfance et de l’enfantement, peur de l’inconnu, transformation d’un événement heureux en cauchemar, focalisation des lieux de tournage, caméra fixe pour rendre l’histoire plus réelle, symbolique, etc.

Commençons par le scénario. Celui-ci se veut plutôt banal, mais c’est justement dans cette banalité que le spectateur se sent d’autant plus concerné ! Un jeune couple vient juste de se marier, Zach McCall (interprété par Zach Gilford) et Samantha (interprétée par Allison Miller) attendent un enfant qui arrive anormalement vite. En effet, Samantha qui prend toujours la pilule ne s’attendait pas du tout à cet « heureux événement » 🙂 ! Tout l’intérêt du film est justement de susciter en nous cette peur de l’inconnu et de l’incompréhensible. Comment se fait-il qu’un bébé arrive si rapidement et de façon si inattendue ? La transformation que subit la femme dans son corps au cours de la grossesse et cette crainte de savoir comment va être le bébé à la sortie est un véritable événement par lequel le film fait ressortir nos craintes les plus refoulées. Nous espérons tous inconsciemment que le bébé sera « normal ». Ici, les réalisateurs (Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillet) ainsi que la scénariste (Lindsay Devlin) interprètent à leur façon certains passages de la Bible mentionnant l’arrivée de plusieurs antéchrists. La naissance du bébé est donc vue comme l’une des naissances du Mal. On en a déjà beaucoup trop dit, on vous laisse découvrir le rituel dans les salles ! 🙂

L’utilisation de l’enfance et des bébés a souvent été exploitée dans les films d’épouvante. Ces êtres si gentils et si innocents sont en quelque sorte trop idéaux pour venir perturber nos esprits. Paranormal Activity tirait déjà parti, dans la profondeur de son scénario, de cet aspect. Le film Esther exploita également cet aspect superficiel de l’enfant orphelin et tout gentil en nous réservant une grosse surprise à la fin. N’oublions pas l’Exorciste, l’un des grands classiques, où l’enfant est encore une fois mis en avant afin d’exploiter toutes nos peurs. Le fait que le Mal puisse toucher nos enfants a toujours provoqué chez nous une émotion profonde. C’est donc dans cette veine que s’inscrit The Baby. Le fait d’utiliser la naissance d’un enfant dans un film d’épouvante est d’autant plus perturbant que cet événement est dit « heureux » or cet heureux événement va se transformer en véritable cauchemar !

L’utilisation de la caméra subjective dont nous avions déjà parlé dans Paranormal Activity est devenue un must dans les films d’épouvante. Certains apprécieront, d’autres pas, le but étant d’introduire le spectateur dans l’histoire. L’un des premiers films à avoir exploité ce procédé de tournage fut le Projet Blair Witch, depuis celui-ci est devenu un incontournable ou presque des films d’horreur. De même, on retrouve, tout comme dans Paranormal Activity, les caméras fixes au sein de la maison du jeune couple pour suivre au plus près les événements qui s’y produisent. Les lieux de tournage se focalisent au fur et à mesure de l’arrivée de l’accouchement sur la maison et la chambre où le bébé va naître. On suit tout d’abord le jeune couple durant leur lune de miel en République Dominicaine, lieu où tout va basculer. Suite à une cérémonie diabolique, le Mal va venir s’incarner dans Samantha. C’est alors le retour à la maison (home sweet home) où l’hystérie va prendre son plein essor. L’essentiel du film tourne autour de la maison, mais quelques scènes gravitent autour ajoutant une saveur particulière, notamment une saveur de cerf dont voici un extrait 🙂

Ou encore cette scène tournée lors d’une cérémonie religieuse, où l’on voit les puissances du Mal se manifester :

La symbolique n’a pas été laissée de côté puisque l’on y retrouve un signe particulier, celui d’un cercle presque fermé dont deux traits parallèles qui viennent se superposer sur une partie de ce dernier. On y perçoit par ce biais tout le côté occultiste et sectaire de certains groupes. Groupe dans lequel, le jeune couple est malheureusement tombé.

On vous a aussi concocté quelques réactions du public lors d’une avant-première à Paris. On vous laisse découvrir !

The Baby – Quelques mots des réalisateurs

 The Baby se traduit par une terreur redoutablement efficace, des images choc et un ton général inquiétant et perturbant. Voici ce qu’en pense Tyler Gillet : « Nous voulions aussi faire un thriller qui permette de se sentir émotionnellement lié aux personnages, une histoire qui repose dès le départ sur les protagonistes. Le film ne se contente pas de vous terrifier et de vous frapper par des images surnaturelles complètement dingues. C’est d’abord l’histoire de deux personnes qui sont au début de leur vie commune. The Baby examine leur relation, la manière dont celle-ci évolue et comment les choses tournent lorsque le surnaturel s’insinue peu à peu dans leur vie.« 

Matt Bettinelli explique également : « Nous sommes fans des films de genre et d’horreur, mais nous aimons tout autant le cinéma au sens large. Nous nous sommes donc concentrés sur les rapports entre les jeunes mariés et avons apporté de l’humour, un humour parfaitement légitime, basé sur les personnages et que l’on retrouve pendant une bonne partie du film, si l’on est attentif. Les spectateurs peuvent vraiment s’investir et se sentir captés par l’histoire d’amour tandis qu’ils voient ces deux jeunes gens se marier et préparer l’arrivée de leur bébé.« 

Tyler Gillet reprend : « La peur qui naît peu à peu n’a rien à voir avec la terreur habituelle du cinéma d’horreur. Notre volonté a toujours été de commencer par créer des personnages intéressants et attachants et de raconter leur histoire; l’élément horrifique vient se greffer dessus ensuite. Le résultat, nous l’espérons, est l’histoire des gens que vous pourriez parfaitement connaître dans la vie, à qui il arrive des choses géniales, puis effrayantes…« .

The Baby – Conclusion

Un film qui régalera les fans du genre. The Baby pourra entrer dans votre collection de film catégorie épouvante/horreur. Tout y est bien orchestré pour un scénario aussi simple. On aurait pu s’attendre à une dynamique plus intense, mais ce qui a été fait a été bien réalisé et interprété. Que dire de plus si ce n’est d’attendre une suite encore plus terrible. La porte reste grande ouverte et des tas de questions sont encore en suspens. Un potentiel à exploiter qui peut promettre un second opus encore meilleur !

Site officiel du film

The-Baby-Affiche THE BABY
Date de sortie : 7 mai 2014
Un film de Matt Bettinelli-Olpin, Tyler Gillett
Avec Allison Miller, Zach Gilford, Sam Anderson
Durée : 1h29
Genre : Epouvante-horreur
Nationalité : Américian

Divergente – La critique et résumé du film


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Divergente
Divergente

Un film captivant, où l’on ne s’ennuie pas une seule seconde. Les émotions sont au rendez-vous et l’intrigue prenante. Tout le monde y trouve sa place. A ne pas manquer !

[pub]

Résumé Divergente – Synopsis

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

Divergente – Les factions

 Si vous deviez choisir une faction, quelle serait-elle ? Tris, l’héroïne, était issue du clan des Altruistes. Suite au test qu’elle subit – censé révéler son aptitude à l’insertion au sein d’un clan – il s’avère que Tris est divergente. C’est à dire que son aptitude n’est pas représentative d’une seule et même faction. Tris va alors décider de rejoindre librement les Audacieux. Chaque clan a ses caractéristiques propres. Ainsi, les Altruistes sont toujours au service des plus démunis. Ce clan abrite souvent des Divergents, redoutés par les Érudits de peur que ces derniers ne viennent nuire et renverser le système social mis en place. C’est ainsi que la faction des Érudits, cherchant à contrôler les autres clans et se pensant supérieure aux autres factions, va mettre en place un plan pour éradiquer les Divergents. Les Audacieux, quant à eux, clan que Tris rejoindra, représentent l’ordre et la sécurité. Ce clan est en perpétuel mouvement, prêt à relever tous les défis. Cependant, les Érudits vont se servir d’eux en les manipulant dans le but d’éliminer le clan des Altruistes. Deux autres factions moins représentées dans le film sont également présentes : les Sincères et les Fraternels. Les premiers représentent la justice et ne mentent jamais, quant aux seconds, ils sont proches de la nature, ils cultivent les terres et vivent simplement.

 Divergente – La critique du film

Divergente est un film grand public où chacun pourra y trouver son plaisir. Le mélange de science-fiction, romance et action avec quelques touches d’humour sur certaines répliques fait de Divergente un film complet. Le scénario intriguant et attirant nous laisse réfléchir sur l’état social de notre société. L’histoire reste passionnante et les scènes qui s’enchaînent ne nous laissent pas un moment tomber dans l’ennui. L’ensemble reste captivant. La réalisation plutôt bonne et bien réalisée est appréciable. L’interprétation, même si de qualité correcte, reflète la jeunesse des acteurs, avec par moment un certain côté théâtral. Cependant cela ne nuit pas trop au film.

Divergente – La bande son

La bande son donne une véritable dimension au film, elle le sublime et le rend très agréable, permettant à celui-ci d’être d’autant plus immersif. C’est la chanteuse anglaise Ellie Goulding qui interprète la chanson Beating Heart permettant ainsi de donner à Divergente une touche à la fois romantique et un mouvement actif soutenant le scénario. Si le scénario de Divergente ou sa mise en scène vous a parfois rappelé Hunger Games, sachez que la musique y a contribué puisque Ellie Goulding avait déjà interprété la chanson Mirror dans Hunger Games : L’embrasement. Découvrez un aperçu de cette musique électro-pop sur fond de quelques scènes de Divergente. Une musique grand public qui s’intègre merveilleusement avec la trame du film.

Divergente – Conclusion

Divergente sera l’un des meilleurs blockbusters de cette année 2014. La saga cinématographique qui va en découler ne pourra qu’alimenter l’appétit des cinéphiles et des bibliophiles pour ceux qui n’auraient pas encore lu les best-sellers associés de Veronica Roth. Divergente rejoint ainsi les histoires dystopiques telle que Hunger Games. Nous pensons ainsi que Divergente aura le même succès que ce dernier si ce n’est mieux. Nous le souhaitons en tout cas car le mélange savamment dosé entre science-fiction, romance et action mérite une belle place à cette mise en scène. Hâte de voir le numéro deux en 2015 et le final ! En attendant, vous pouvez toujours lire les bouquins :).

Saga Veronica Roth
Saga Veronica Roth

Paranormal Activity – le dossier et résumé des films


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Paranormal Activity - Dossier et résumé du film
Paranormal Activity – Dossier et résumé du film

Un nouvel opus de la saga Paranormal Activity est sortie le 1er janvier 2014 pour le plus grand bonheur des fans du genre. Avant de savoir ce qui vous attend dans les salles obscures l’année prochaine, nous vous avons concocté un petit aperçu des 4 premiers épisodes,ainsi qu’un préambule du dernier arrivé. Alors, Paranormal Activity – The marked ones, 5ème opus de la série saura-t-il relever le défi de ses prédécesseurs ? Ça sera à vous de juger… en tout cas la bande annonce laisse supposer du lourd !!! 🙂

 Paranormal Activity

Synopsis : Un jeune couple suspecte leur maison d’être hantée par un esprit démoniaque. Ils décident alors de mettre en place une surveillance vidéo durant leur sommeil afin d’enregistrer les évènements nocturnes dont ils sont les victimes. Les images récupérées de septembre à octobre 2006 ont été montées en un film de 86 minutes, « Paranormal Activity ».

Le premier opus de cette série commence fort ! Très fort même, puisqu’il fait partie des films les plus rentables du cinéma. Pour ceux qui ne connaissent pas Oren Peli, ce réalisateur a su réinventer et remettre au gout du jour le genre Projet Blair Witch, c’est à dire celui de la caméra subjective dans un film d’horreur. Avec peu de moyens, Oren a réussi à immerger le spectateur comme un quasi-acteur du film, un élément essentiel pour ce genre ! Les premières réactions du public lors de sa sortie en salle furent surprenantes. Dès lors, la saga allait pouvoir commencer…

Paranormal Activity 2

Synopsis : L’esprit démoniaque du premier Paranormal Activity est de retour, et c’est une nouvelle famille fraîchement installée dans une belle demeure qui va en faire les frais…

Plus puissant, plus violent, plus bouleversant… ce deuxième opus a su relever le défi de continuer ce qui avait été commencé et de l’amplifier ! Katie revient pour terminer le travail débuté et elle ne fait pas dans la demi-mesure. Le scénario insiste doucement sur la puissance maléfique qui hante Katie et qui est à la recherche d’un garçon nouveau-né.

Paranormal Activity 3

Synopsis : Les origines des phénomènes paranormaux qui poursuivent la jeune Kate, au travers d’un prequel qui revient sur sa jeunesse…

Cet opus revient sur l’enfance de Katie et de sa sœur. Il met en lumière les événements qui se sont déroulés dès leur enfance. Une puissance maléfique qui est déjà en œuvre et tout aussi violente. Un épisode dont le scénario diffère légèrement des précédents à la vue de la discontinuité chronologique. La fin de cet opus nous fait comprendre que Katie et sa sœur furent élevées dans un cercle diabolique.

Paranormal Activity 4

Synopsis : Ce quatrième volet se situe cinq ans après les faits qui se déroulaient dans “Paranormal Activity 2”, alors que Katie, possédée par le démon et après avoir tué sa sœur, enlevait son neveu Hunter. Rebaptisé Robbie, celui-ci s’installe avec sa tante dans une tranquille zone pavillonnaire. Mais Alex, la fille adolescente des voisins, voit d’un mauvais œil l’emménagement de ces nouveaux locataires, percevant des phénomènes étranges depuis leur arrivée. Alors que Katie est souffrante, ses voisins acceptent d’héberger Robbie : un service qui va leur être fatal…

Le scénario change mais les effets restent les mêmes. Nous ne sommes plus directement avec Katie, mais pas si loin d’une demeure où il ne fait pas bon d’y mettre les pieds ! On regrettera en revanche la lenteur du début du film qui retarde l’entrée dans le vif du sujet.

Paranormal Activity – The marked ones

Un article sera consacré à ce dernier opus de la saga très bientôt 🙂 . En attendant voici le synopsis, quelques images et la bande annonce !

Synopsis : Spin-off de la saga Paranormal Activity : alors que Jesse, après avoir été « marqué », est poursuivi par des forces mystérieuses, sa famille essaye de le sauver.

Juste un mot pour ce dernier opus: TERRIBLE !

Zombie Hunter – La critique


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
zombie hunter
zombie hunter

Fans de zombies, un film de plus dans la catégorie! Loin derrière Resident Evil ou The Walking Dead, Zombie Hunter cherche à se démarquer par un sérieux grotesque où la dérision doit faire partie intégrante de votre regard sur le film. Sinon passez votre chemin…

Zombie Hunter – Synopsis

Suite à une épidémie, le monde est devenu une terre de désolation infestée de zombie. Pour venger sa famille, Haunter arpente les terres dévastées au volant de son bolide à la recherche de morts-vivants. Gravement blessé, il est recueilli par un groupe de survivants. Ensemble, ils vont partir en quête d’une contrée préservée de l’invasion.

http://www.youtube.com/watch?v=SGz0RfHZhjs

Zombie Hunter – Petit budget mais…

Autant vous le dire tout de suite, on sent que Zombie Hunter est un film à petit budget. En surfant sur la vague des morts-vivant, Zombie Hunter profite de l’engouement du grand public ou plutôt des fans du genre pour rajouter un énième film à cette catégorie.

C’est cependant avec des notes positives que Zombie Hunter mérite quelques attentions. Même si le scénario n’a rien d’original, quelques scènes d’actions ressortent du lot. La bande annonce donne envie de regarder le film et est certes de bonne qualité. Celle-ci est attrayante et dynamique, que demander de plus?  La BA laissait espérer quelque chose de meilleur mais elle rassemble tous les meilleurs moments du film et que tout se résume en 2 minutes et 30 secondes.

Zombie Hunter – La vague des morts-vivant

Zombie Hunter suit ainsi tout un tas de films et série du genre. On pourra notamment nommer parmi les plus connus: « Resident Evil », « The Walking Dead », « 28 jours plus tard », « 28 semaines plus tard » ou encore « Bienvenue à Zombieland », « Shaun of the dead » et « Braindead » pour ceux qui connaissent la touche comique des films de zombies. De l’autre côté et moins connus: « Diary of the dead: Chroniques des morts-vivants », « Infectés », « L’armée des morts » et « Dawn of the dead » (« Zombie »)… Un genre cinématographique qui ne manque donc pas de ressort!

A chaque nouveau film de zombies, ces derniers portent une appellation différente. Ainsi après « les rôdeurs » de « The Walking dead » ou les « infectés » d’autres films, « Zombie Hunter » impose sa petite touche dérisoire en les qualifiant de « mangeurs ».

Zombie Hunter – La bande son

Zombie Hunter nous présente une bande son qui donne du punch au film et qui donne du goût à ce dernier. Ainsi…

Zombie Hunter – Scénario, Interprétation et Réalisation

Que dire donc de Zombie Hunter? Un film de série B, oui en effet au vue du faible budget, mais également au vue de sa réalisation: sang qui gicle sur la caméra toutes les 5 minutes, petit effet cinématographique en passant l’écran sur fond rouge, la lune apparaît démesurément grosse, l’hémoglobine est devenue rose à tendance violette, les répliques sont plutôt d’un niveau restreint, des zombies qui vous inspirent plus le fou rire par leurs  grimaces que par leur monstruosité, un héros qui ne se prend pas au sérieux dans sa démarche, un décor apocalyptique mais dont les portes de maison sont comme neuves, etc.

On assiste à de bonnes scènes d’action, mais avec de nombreux passages tournées en dérision. En gros un film à prendre de façon extra-légère au vu de ses scènes grotesques. On a ainsi tendance à se rapprocher parfois plus d’un « Shaun of the dead » ou d’un « Bienvenue à Zombieland » que d’un « 28 jours plus tard » ou d’un « The walking dead ».

Nous assistons également à la bonne caricature du casting, à savoir un mélange de personnages stéréotypés: le gros nase, le héros beau gosse, la bimbo qui veut allumer, la gentille fille qui veut trouver l’amour, le vieux sage ou le chef de file, le simplet sans cervelle et les méchants zombies. Voilà le casting est fait, on a fait le tour, il ne reste plus qu’à tourner!

Vous l’aurez compris Zombie Hunter est un film qui ne veut pas se prendre au sérieux, tel est son genre et tel doit on le prendre si l’on ne veut pas perdre son temps. A tel point, que l’on pourrait qualifier « Zombie Hunter » de FDNI (Film Décalé Non Identifié)! Maintenant à vous de vous forger votre opinion en le découvrant! 😉

Alien War – La critique


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
alien war - dvd
alien war – dvd

La menace alien va prendre une nouvelle forme!

Alien War – Synopsis

Lorsqu’un météore heurte la base lunaire Arche, les astronautes se trouvent en grand danger. L’équipage apprend rapidement que les spores de la météorite ont la capacité de reproduire les structures cellulaires et de muter, ce qui oblige tout le monde à bord à se battre pour survivre…

Alien War – La critique

Un bon film de série B avec un grand potentiel! Souvenez vous du premier Alien avec Ridley Scott, source de toute une série qui allait en découler; eh bien avec certes moins de budget Alien War se retrouve dans la même lignée. On y retrouve un plat principal avec des ingrédients identiques. Certes l’écart qualitatif entre les deux restent fort, cependant Alien War a su faire resurgir dans nos pensées le spectre d’Alien. Un mélange savamment dosé, mais avec une nuance de taille sur la menace. L’antagoniste d’Alien War est incarné par un « parasite » extraterrestre qui vivant dans les spores des météorites, va venir prendre chair au moyen d’un hôte.

Le scénario intéressant et la mise en scène haletante nous font passer un bon moment. Néanmoins, l’aspect global du film nous laisse un peu sur notre faim. Certes, les dernières minutes laissent présager un deuxième opus, mais Alien War il manque le petit plus qui fait d’un film à faible budget un grand film. On pourra reprocher que le scénario reste trop cloisonné.

Vous pourrez passer un bon moment devant Alien War qui ,on peut le dire, est plutôt un pop-corn movie. Des similitudes lointaines avec son grand frère Alien mais bon la menace fait moins peur…