La planète des singes : l’affrontement – La critique


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
La planètes des singes : l'affrontement <br>TM and © 2013 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved. .
La planète des singes : l’affrontement
TM and © 2013 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.

C’est dans une salle de cinéma éphémère, dans une usine désaffectée de la banlieue Nord de Paris, que la 20th Century Fox nous a présenté le second préquel de La planète des singes de 1968. Nous vous avions fait vivre en direct l’événement sur Twitter puis dans notre article paru le 17 juillet 2014 et nous vous avions promis de vous donner notre avis sur ce film que nous jugeons déjà comme une réussite. Voici donc notre critique de La planète des singes : l’affrontement de Matt Reeves (Cloverfield) avec Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman et Keri Russel qui sortira officiellement le 30 juillet.

Synopsis

Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains ayant survécu au virus dévastateur qui s’est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre.

Critique

Dix ans séparent le premier préquel du second. Ils sont résumés rapidement au début du film avec des images d’archives qui nous expliquent que la grippe simienne a décimé l’humanité et que seules quelques personnes immunisées ont survécu (ceux qui jugeront cette introduction trop courte pourront approfondir le sujet avec quelques court-métrages produits par la Fox disponibles sur YouTube). Ensuite, nous découvrons deux camps, celui de César et de sa communauté qui vit en harmonie, puis les rescapés humains de San Francisco, qui après s’être évité pendant des années se rencontrent fortuitement lorsque ces derniers sont à la recherche d’un barrage hydro-électrique en vue de fournir de l’énergie à leur colonie.

Un scénario qui rappelle l’épisode 5 de La Planète des singes

Le scénario est construit autour de nombreuses références aux films originaux de la série La planète des singes, et emprunte surtout au cinquième volet La bataille de la planète des singes (cf. notre top des meilleurs films de La planète des singes), par exemple :

  • Koba, le singe belliqueux qui déteste les humains et s’en prend à la famille de César, c’est Aldo dans le film de 1973.
  • Le nom “Yeux bleus” donné au fils de César est une référence au personnage de Taylor “Beaux yeux” (Charlton Heston) dans La planète des singes de 1968.
Jason Clarke dans La planète des singes : l'affrontement  <br>TM and © 2013 Twentieth Century Fox Film Corporation.  All Rights Reserved.
Jason Clarke dans La planète des singes : l’affrontement
TM and © 2013 Twentieth Century Fox Film Corporation.  All Rights Reserved.

Des singes plus vrais que nature

Il serait réducteur de résumer La Planète des singes : l’affrontement a ces quelques références. Matt Reeves (Cloverfield), le réalisateur du film se concentre plus sur César et sa communauté que sur les humains et en fait une œuvre philosophique sur la famille, la guerre, la difficulté à vivre ensemble, entrecoupée de scènes d’actions dantesques. Matt Reeves a choisi soigneusement ces cadres avec très souvent un avant-plan et un arrière-plan afin d’obtenir une 3D réaliste, sans esbroufe pour renforcer la sensation d’immersion dans ce film et nous faire croire à son histoire. D’autant plus que la société d’effets spéciaux Weta nous bluffe encore une fois avec des singes plus vrai que nature et fait passer l’émotion grâce à de nouveaux progrès avec la motion-performance. On en oublie que ces singes ne sont que des créatures numériques.

Un film efficace et intelligent

La motion-performance met en avant les qualités d’acteur d’Andy Serkis (Le seigneur des anneaux) qui interprète un César torturé entre l’amour qu’il porte aux singes et aux hommes qui l’ont élevé. Face à César, pour camper le personnage de Malcom, Jason Clarke, un habitué des second rôles et cela ne change pas dans ce long-métrage, il est bien effacé, écrasé par le charisme d’Andy Serkis ; il apparaît comme un faire-valoir de César. Nous ne nous étalerons pas sur la performance de Gary Oldman, malheureusement sous-employé qu’on se demande ce qu’il fait là.

Le film n’est finalement pas manichéen, plein de subtilités, efficace et divertissant, nous dirions même intelligent.

La planètes des singes : l'affrontement <br>TM and © 2013 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.
Andy Serkis dans La planète des singes : l’affrontement
TM and © 2013 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.

En conclusion, ce second préquel de La planète des singes est une nouvelle fois une réussite. C’est assurément un blockbuster de l’été 2014 pour ceux qui préfèrent les singes aux véhicules qui se transforment en robots. J’ai choisi mon camp, notre rédacteur “geek” Yeurl, devinez-quoi ? Nous vous invitons d’ailleurs à consulter son dossier sur Transformers 4, l’autre gros succès outre-Atlantique.

Avant-première La Planète des singes : l’affrontement


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
La planète des singes L'affrontement
La Planète des singes L’affrontement

Quand la Century Fox nous invite pour une projection, on sait d’avance que nous n’allons pas être déçus. C’est dans un entrepôt désaffecté de la banlieue Nord de Paris que nous a emmené la production pour assister à l’avant-première presse de La Planète de singes : l’affrontement. Le film réalisé par Matt Reeves avec, entre autre, des stars telles que Andy SerkisJason Clarke et Gary Oldman, sortira en salle le 30 juillet 2014.

Arrivés sur place, nous nous retrouvons dans un décor apocalyptique monté en moins de 24h, celui du film, une terre ravagée par la grippe simiesque, où le peu d’humains qui ont survécu, se sont regroupés en colonies et se tiennent à l’écart des singes. Le sol de l’entrepôt est jonché de détritus et autres gravats, graffitis et panneaux placardés aux murs avertissent le visiteur du danger de la grippe simiesque. Des véhicules calcinés rappellent les émeutes qui ont éclatés pendant la pandémie. Il y a des départs d’incendies un peu partout.

Une barricade de plusieurs mètres de haut et des barbelés protègent la salle de projection éphémère où toute la presse, les médias TV et blogueurs ciné influents, venus nombreux, sont invités à entrer. Nous nous asseyons dans les nombreux fauteuils et canapés récupérés certainement dans quelque décharge proche. J’en choisis un qui a l’air bien confortable, je suis au ciné mieux qu’à la maison mieux que dans un complexe de salles de cinéma. D’autant plus que la qualité de la projection est au rendez-vous avec un écran immense, des lunettes 3D distribuées à chacun et son Dolby Surround magnifié par le volume de cette cathédrale industrielle abandonnée de La Courneuve.

Décidément, la Fox a mis les moyens pour nous présenter ce deuxième opus d’un premier préquel déjà très réussi. A la fin de la projection, chose rare, le parterre de journaliste applaudi. Fan de la saga La Planète des singes, je ne boude pas non plus mon plaisir. Bientôt, vous saurez tout sur mes impressions sur le long-métrage La Planète de singes : l’affrontement dans un article à paraître sur votre site d’actualités ciné favori.

Top des meilleurs films de La Planète des singes


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Top des meilleurs films de La planète des singes
Top des meilleurs films de La planète des singes

[pub]

Le 30 juillet 2014 sort en salles, La planète des singes : l’affrontement. En attendant découvrez avec nous notre top des meilleurs films de la planète des singes, adaptation au cinéma du roman de science-fiction de Pierre Boulle.

Film N°7 : La Bataille de la planète des singes (1973)

La bataille de la planète des singes est le cinquième opus de la saga culte mais n’est pas le meilleur.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]
Un film américain de Jack Lee Thompson (1973) avec Roddy McDowall, Claude Akins, Natalie Trundy

Synopsis :
Sur la Terre dominée par des singes, Caesar, pacifique, doit affronter le général gorille Aldo. Mais une autre menace fait son apparition : des mutants commandés par le gouverneur Kolp.

[/box]

Film N°6 : Le secret de la planète des singes (1970)

Le secret de la planète des singes succède au premier film de 1968, avec un budget divisé par deux et cela se ressent. On lui décernera quand même la palme de l’originalité

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]
Un film américain de Ted Post (1970) avec James Franciscus, Kim Hunter, Maurice Evans

Synopsis :
L’astronaute Brent est envoyé au secours de Taylor, mais s’écrase à son tour sur la « planète des singes ». Cherchant à retrouver son compagnon avec l’aide de Nova, il suit sa trace jusque dans la « Zone Interdite » où il découvre une société de mutants humains télépathes…

[/box]

Film N°5 : La Conquête de la planète des singes (1972)

Un film assez violent qui fit polémique à sa sortie.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]
Un film américain de Jack Lee Thompson (1972) avec Roddy McDowall, Don Murray, Natalie Trundy

Synopsis :
En 1990, les animaux domestiques et le personnel de service ont disparu au profit des singes-esclaves. Mais ces derniers se révoltent et prennent le pouvoir, sous l’impulsion de Caesar, le fils de Cornélius et Zira…

[/box]

Film N°4 : La planète des singes (2001) 

En 4ème position, le critiqué remake de Tim Burton pas si mauvais que certains ont pu le dire et qui a le mérite d’être le plus proche de l’esprit du roman de Pierre Boulle.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]
Un film américain de Tim Burton (2001) avec Mark Wahlberg, Tim Roth, Helena Bonham Carter

Synopsis :
En 2029, un groupe d’astronautes entraîne sur la station orbitale Oberon des singes pour remplacer l’homme dans des explorations spatiales à haut risque.
Suite à la réception d’étranges signaux, les astronautes envoient le chimpanzé Pericles afin d’en connaître l’origine. Toutes les communications entre le primate et la station sont subitement interrompues et le vaisseau disparaît des radars. Désobéissant à ses supérieurs, Leo Davidson embarque dans un des vaisseaux expérimentaux pour aller porter secours à Pericles.
Tout comme lui, il perd le contrôle des commandes et s’écrase dans les marais d’une forêt tropicale. L’intrépide pilote voit alors un groupe d’humains affolés foncer droit sur lui, et se fait capturer par des chimpanzés parlants. Qu’est-il arrivé sur cette planète pour que des singes en viennent à dominer la race humaine ?

[/box]

Film N°3 : Les évadés de la planète des singes (1971)

Certainement un des plus émouvants et des plus drôles de la saga La planète des singes. Les rôles sont inversés, ce sont les singes qui arrivent sur « la planète des hommes »

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]
Un film américain de Don Taylor (1971) avec Roddy McDowall, Kim Hunter, Bradford Dillman

Synopsis :
Cornélius et Zira parviennent à retourner vers le passé, et débarquent au 20e siècle à Los Angeles. Ils y subissent les mêmes tourments que Taylor sur la « planète des singes », et découvrent petit à petit quels événements conduiront à la fin de la civilisation humaine et à la domination simienne…

[/box]

Film N°2 : La planète des singes : les origines (2011)

La planète des singes : les origines est un préquel très réussi avec de nombreuses références au film de 1968. On attend La planète des Singes : L’affrontement avec impatience.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]
Un film américain de Rupert Wyatt (2011) avec James Franco, Freida Pinto, John Lithgow

Synopsis :
Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets. César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l’entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l’Homme dans un combat spectaculaire.

[/box]

Film N°1 : La planète des singes (1968)

En tête de ce top, bien évidemment la première adaptation du roman de Pierre Boulle au cinéma avec une fin icônique dont vous vous souviendrez

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]
Un film américain de Franklin J. Schaffner (1968) avec Charlton Heston, Roddy McDowall, Kim Hunter

Synopsis :
Egaré dans l’espace-temps, un engin spatial américain s’écrase en 3978 sur une planète inconnue. Les astronautes Taylor, Landon et Dodge découvrent que les hommes primitifs de cette planète mystérieuse sont placés sous le joug de singes très évolués…

[/box]

La Planète des singes : l’affrontement


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
La planète des singes L'affrontement
La planète des singes L’affrontement

Depuis 10 ans, le virus H7N9 se répand sur la terre et décime les populations humaines. Devant la pire épidémie jamais observée, aucun traitement n’a été trouvé…

La Planète des singes : l’affrontement

Réalisé par : Matt Reeves

Avec : Andy Serkis, Keri Russel, Jason Clarke et Gary Oldman

Une nation de singes génétiquement évolués et de plus en plus nombreux, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui a survécu au virus dévastateur qui s’est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui imposera l’espèce dominante sur Terre.

WETA Digital, le studio d’effets visuels oscarisé, emploiera la toute nouvelle génération des technologies de performance capture développées pour La Planète des singes : les origines et Avatar, afin de créer des singes au rendu photo-réaliste.

Dans les salles de cinéma le 30 juillet.

STAR WARS IDENTITIES : Succès et prolongation


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
star wars identities exposition
star wars identities exposition

 

Ouverte au public depuis le 15 février 2014, Star Wars Identites : L’Exposition remporte un franc succès et se classe n°1 des ventes sur Ticketnet depuis plusieurs mois et a même affiché complet sur plusieurs dates !

Succès et prologation de l’exposition Star Wars Identities

Afin de répondre aux milliers de visiteurs qui n’ont pas pu visiter l’exposition en raison de l’affluence depuis le mois de février, l’exposition a été prolongée jusqu’au dimanche 5 octobre. Les billets pour ces nouvelles dates sont disponibles à la vente, dès aujourd’hui. Choisirez-vous de devenir un Jedi, comme 40% des visiteurs ? Vous pourriez également vous réincarner en Ewok (15%) et choisir Qui-Gon Jinn comme mentor (12%) !

Attention cependant avec qui vous vous rendez à l’exposition, sachez que 30% des visiteurs ont été séduits par le côté obscur de la force à l’issue de leur visite…

La marionnette de Yoda, le podracer d’Anakin, les maquettes de vaisseaux et les croquis préparatoires des 6 épisodes de la saga mythique ont marqué les esprits et conquis des visiteurs venus de toute l’Europe !

star wars identities - prologation
star wars identities – prologation

Du 15 février au 05 octobre 2014, deux plateaux de tournage de près de 2000 m², aménagés en lieu d’exposition, ouvrent exceptionnellement au public pour dévoiler plus de 200 pièces originales issues des archives de Lucas Arts Museum : maquettes, accessoires, costumes, croquis… qui ont construit l’univers de Star Wars.

Les billets sont en vente sur le site de l’exposition

Vous pouvez aussi lire notre avis de l’exposition star wars identities

star wars identities - personnages
star wars identities – personnages

Lucasfilm, le logo Lucasfilm, STAR WARS et les propriétés, marques de commerce et/ou droits d’auteur, aux États-Unis et autres pays, de Lucasfilm Ltd. et/ou affiliés. TM & © 2013 Lucasfilm Ltd. Tous droits réservés. Toutes autres marques de commerce sont la propriété de leurs propriétaires respectifs

DES DRAGONS ENVAHISSENT LA GARE DE LYON !


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Dragons 2 - Les dragons envahissent la gare de Lyon Crédits photo : Pascal Montary
Dragons 2 – Les dragons envahissent la gare de Lyon
Crédits photo : Pascal Montary

Du 5 au 11 juin 2014, le hall 1 de la Gare de Lyon devient le terrain de jeux des héros du film des Studios DreamWorks Animation, Dragons 2. Après avoir foulé le tapis rouge du Festival de Cannes, Harold et Krokmou reviennent cette fois-ci dans les airs et entourés de leurs amis pour prendre leurs quartiers à Paris. De quoi plonger les passants dans l’univers fantastique du film…

Des dragons envahissent la gare de Lyon!

[dropcap]À[/dropcap] l’occasion de la sortie le 2 juillet prochain dans les salles de Dragons 2, 20th Century Fox installe 3 répliques « grandeur nature » et en 3D des principaux personnages du film. Suspendus à 5 mètres de hauteur, les dragons dominent le hall et les voyageurs, donnant ainsi l’illusion de se retrouver au milieu d’une des fameuses courses de dragons issue du film.

Des dragons plus vrais que nature…

Réalisées en volume et en 3D, ce sont les répliques à l’identique des personnages du film d’animation. Avec des envergures allant de 1,25 à plus de 3 mètres et faisant de 3 à 4 mètres de longueur, les dragons en imposent par leur stature et leur réalisme !

En plus des imposantes reproductions, des 4×3 suspendus avec l’affiche officielle française de Dragons 2 seront également présents dans le hall de la gare afin de permettre une totale immersion dans l’univers du film.

Avec cette installation surprenante et inédite, 20th Century Fox démontre une fois de plus sa capacité à proposer des campagnes de promotion décalées qui suscitent l’étonnement !

Dragons 2 – Synopsis :

La vie s’écoule paisiblement sur l’île de Beurk…
Astrid, Rustik le Morveux, Varek, Kranedur et Kognedur se défient lors de courses sportives de dragons devenues très populaires tandis qu’Harold et Krokmou, désormais inséparables, parcourent les cieux à la conquête de territoires inconnus et de nouveaux mondes.
Au cours de l’une de leurs aventures, ils découvrent une grotte secrète qui abrite des centaines de dragons sauvages, protégés par un mystérieux dragonnier…
Harold et Krokmou vont alors se retrouver au centre d’une lutte visant à maintenir la paix et vont devoir défendre leurs valeurs pour préserver le destin des vikings et des dragons.

Dragons 2 – (Re)Découvrez la bande-annonce :

 Réagissez à cet article, laissez-nous un commentaire!

SIN CITY J’AI TUÉ POUR ELLE : DÉCOUVREZ LA BANDE-ANNONCE !


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Sin City J'ai tué pour elle ©2014 Metropolitan Film Export
Sin City J’ai tué pour elle
©2014 Metropolitan Film Export

[dropcap]D[/dropcap]écouvrez la bande-annonce Teaser de Sin City J’ai tué pour elle, la suite du film culte de Frank Miller et Robert Rodriguez. Replongez dans les sombres entrailles de Sin City, sur les traces des héros du premier volet. Sin City J’ai tué pour elle d’après l’œuvre culte de Frank Miller sortira le 17 septembre au cinéma avec Jessica ALBA, Powers BOOTHE, Josh BROLIN, Rosario DAWSON, Joseph GORDON-LEVITT, Eva GREEN, Dennis HAYSBERT, Stacy KEACH, Jaime KING, Ray LIOTTA, Jeremy PIVEN,Mickey ROURKE, Bruce WILLIS

Réagissez à cet article, laissez-nous un commentaire en bas de page!

 

Maléfique – Critique et résumé du film


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Angelina Jolie est Maléfique  dans <em>Maléfique</em> ©2014 Disney
Angelina Jolie est Maléfique dans Maléfique
 ©2014 Disney

Hollywood n’en finit pas de revisiter son histoire avec de nombreux reboot. Disney en fait tout autant, comme dernièrement avec Dans l’ombre de Mary qui nous invitait dans les coulisses de la création de Mary Poppins. Aujourd’hui, la firme de Mickey s’attaque à l’adaptation de La belle au bois dormant. Découvrez notre critique sur ce film qui nous en apprend plus sur la célèbre méchante de Disney.

Maléfique – Synopsis

Maléfique est une belle jeune femme au cœur pur qui mène une vie idyllique au sein d’une paisible forêt dans un royaume où règnent le bonheur et l’harmonie. Un jour, une armée d’envahisseurs menace les frontières du pays et Maléfique, n’écoutant que son courage, s’élève en féroce protectrice de cette terre. Dans cette lutte acharnée, une personne en qui elle avait foi va la trahir, déclenchant en elle une souffrance à nulle autre pareille qui va petit à petit transformer son cœur pur en un cœur de pierre. Bien décidée à se venger, elle s’engage dans une bataille épique avec le successeur du roi, jetant une terrible malédiction sur sa fille qui vient de naître, Aurore. Mais lorsque l’enfant grandit, Maléfique se rend compte que la petite princesse détient la clé de la paix du royaume, et peut-être aussi celle de sa propre rédemption…

Maléfique – Critique

Disney dépoussière La belle au bois dormant dans un remake construit autour du personnage de Maléfique joué par Angelina Jolie (Mr. & Mrs. Smith, L’échange). On y apprend enfin les motivations de la sorcière du film d’animation de 1959. En effet, vous comprendrez comment la jeune et joyeuse gardienne du royaume de la forêt va perdre son innocence et devenir la cruelle Maléfique qui jettera un sort à la jeune princesse Aurore interprétée par Elle Fanning (Super 8). Mais on ne vous en dira pas plus sous peine de vous gâcher votre plaisir.

Le long-métrage est beaucoup moins manichéen que La belle au bois dormant et que beaucoup d’autres productions Disney en général. On y découvre un scénario intelligent qui surprend, tout en subtilités et moins sombre toutefois que ce que laissait imaginer la bande-annonce. Les gentils ont des défauts, les méchants, beaucoup plus complexes, deviennent attachants. Certains y verront en filigrane un message féministe en opposition à la domination des hommes et la morale de l’histoire pour nos bambins sera qu’il ne faut pas juger sans savoir.

Avec Maléfique, Robert Stromberg réalise son premier long-métrage et remplit efficacement sa tâche avec un budget conséquent de 200 millions de dollars confié par Disney. Il faut dire que le «monsieur» avait déjà été oscarisé par deux fois pour sa direction artistique dans Avatar de James Cameron et dans Alice au pays des merveilles de Tim Burton. Son expérience de chef décorateur et d’ex-superviseur des effets spéciaux se voit à l’écran; les décors sont somptueux et les images numériques sont époustouflantes.

Au début du film, nous sommes plongés dans un univers féérique qui vous rappellera les illustrations de Brian Froud (cf. notre article sur Dark Crystal). Puis, la filiation avec le dessin animé de 1959 devient évidente et on sent un profond respect pour l’œuvre originale de Clyde Geromini. En effet, on retrouve la même esthétique pour le château dans les hauteurs, la barrière de ronces, la petite chaumière au fond des bois, la ressemblance des personnages et plus particulièrement l’apparence de Maléfique.

Par une incroyable transformation, Angelina Jolie est Maléfique, pommettes aiguisées, même silhouette mince et port altier dans sa robe noire et sa cape, ses cornes et son sceptre. Elle semble habitée par le personnage, le rôle lui va à la perfection.

La scène emblématique du baptême est celle qui est la plus fidèle au film La belle au bois dormant, calquée mot pour mot, elle a été tournée avec brio. Mais il serait réducteur de penser que Maléfique n’est qu’une transposition avec des personnages réels du dessin animé. Les libertés prises sur l’histoire que nous connaissons en surprendront plus d’un, mais en font une œuvre encore plus belle que l’originale.

Maléfique – Conclusion

Une salle qui applaudit à la fin du film ça ne trompe pas. Maléfique est un bon divertissement à voir en famille, une vraie réussite autant pour son scénario émouvant et moderne que pour la magie de ses effets visuels.

Réagissez à cet article, laissez-nous un commentaire en bas de page!


[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Maléfique – fiche technique

Maléfique Affiche © 2014 Disney Un film de Robert Stromberg
avec Angelina Jolie, Elle Fanning, Sharlto Copley
Genre : Fantastique
Nationalité : Américain
Durée : 1h37
Studio : Disney
Date de sortie : 28 mai 2014

[/box]

Top 10 des meilleurs films romantiques


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
Kate Winslet; Leonardo DiCaprio dans Titanic de James Cameron - Le top 10 des meilleurs films romantiques
Kate Winslet et Leonardo DiCaprio dans Titanic de James Cameron
Le top 10 des meilleurs films romantiques

Vous aimez les histoires d’amour au cinéma ? Découvrez avec nous le top 10 des meilleurs films romantiques à voir et à revoir grâce à notre sondage réalisé auprès de nos lecteurs et lectrices.

Film N°10 : Romeo + Juliette

En dixième position, nous avons Leonardo DiCaprio dans Romeo + Juliette,une adaptation moderne de la mythique pièce de Shakespeare. Retrouverons-nous le bel acteur une nouvelle fois dans ce classement ?

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Baz Luhrmann (1997) avec Leonardo DiCaprio, Claire Danes, John Leguizamo.

Synopsis :
Verona Beach, un quartier de Los Angeles, est le théâtre de la haine entre deux familles ennemies : les Montaigue et les Capulet. A l’occasion d’un bal donné chez ces derniers, Romeo et son cousin Mercutio s’introduisent chez leurs rivaux où le premier tombe amoureux de la belle Juliette qui ne tarde pas non plus à succomber à ses charmes. Les deux amants s’enlisent alors dans une passion interdite et surtout dangereuse.

[/box]

Film N°9 : 4 mariages et un enterrement

Hugh Grant et Andie MacDowell dans 4 mariages et un enterrement. Le charme britannique vous fait fondre comme Bridget Jones.

Retrouvez une sélection des meilleurs films de mariage sur imariages.fr
[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Mike Newell (1994) avec Hugh Grant, Andie MacDowell, Simon Callow.

Synopsis :
Charles est célibataire. Seul compte son petit cercle d’amis, composé de Fiona, Gareth, Tom, Matthew et Scarlett, sa colocataire. L’amour ne le tente pas et quand il fait la connaissance de Carrie lors d’un mariage où il officie en tant que témoin, il n’imagine en rien la passion qui va l’envahir. Car Charles tombe amoureux de Carrie. Et ses retrouvailles quelques mois plus tard avec la demoiselle, sur le point de se marier avec un riche Écossais, ne vont que confirmer les sentiments qu’il éprouve pour elle…

[/box]

Film N°8 : L’arnacœur

Beau succès en 2010 pour cette comédie romantique française avec Vanessa Paradis et Romain Duris.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Pascal Chaumeil (2010) avec Romain Duris, Vanessa Paradis, Julie Ferrier.

Synopsis :
Votre fille sort avec un sale type ? Votre sœur s’est enlisée dans une relation passionnelle destructrice ? Aujourd’hui, il existe une solution radicale, elle s’appelle Alex. Son métier : briseur de couple professionnel. Sa méthode : la séduction. Sa mission : transformer n’importe quel petit ami en ex. Mais Alex a une éthique, il ne s’attaque qu’aux couples dont la femme est malheureuse.
Alors pourquoi accepter de briser un couple épanoui de riches trentenaires qui se marie dans une semaine ?
 

[/box]

Film N°7 : Ghost

Patrick Swayze vous a fait craquer dans Ghost, l’amour est éternel même dans l’au-delà.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Jerry Zucker avec Patrick Swayze, Demi Moore, Whoopi Goldberg.

Synopsis :
Sam Wheat, cadre dans une banque d’affaires new-yorkaise, et Molly Jensen, sculpteur, s’aiment. Mais tout bascule lorsque Sam Wheat est agressé dans la rue et abattu. A sa grande surprise, il devient un fantôme et réussit à communiquer avec une voyante hystérique. Il tente alors d’entrer en contact avec sa femme et découvre qui a voulu le tuer.

[/box]

Film N°6 : Coup de foudre à Notting Hill

Voici Julia Roberts dans une comédie romantique avec Hugh Grant, grand habitué du genre. Julia Roberts dans un autre film romantique pour ce classement ? Continuez pour le savoir.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Roger Michell (1999) avec Julia Roberts, Hugh Grant, Richard McCabe.

Synopsis :
Quand un matin, Anna Scott, l’actrice la plus célèbre d’Hollywood, pousse la porte de la librairie de William Thacket, située dans le charmant quartier de Notting Hill, à l’ouest de Londres, le libraire ignore que commence une grande aventure. Par une série de hasards comme seul le destin peut en mettre en scène, William et Anna vivent une rencontre étonnante, attachante. Lorsque la star le rappelle quelque temps plus tard, William n’ose y croire.

[/box]

Film N°5 : Sur la route de Madison

Clint Eastwood, un réalisateur hors-norme qui prend la cinquième place de ce top.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Clint Eastwood (1995) avec Meryl Streep, Clint Eastwood, Annie Corley.

Synopsis :
Michael Johnson et sa sœur Caroline reviennent dans la ferme de leur enfance régler la succession de leur mère, Francesca. Ils vont découvrir tout un pan de la vie de leur mère ignoré de tous, sa brève, intense et inoubliable liaison avec un photographe de passage.

[/box]

Film N°4 : Autant en emporte le vent

Un film vieux de plus de 60 ans et pourtant au classement des 10 meilleurs films romantiques pour un panel de sondés de 15 à 65 ans. Vivien Leigh et Clark Gable forment un couple intemporel.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Victor Fleming (1950) avec Vivien Leigh, Clark Gable, Leslie Howard.

Synopsis :
En Géorgie, en 1861, Scarlett O’Hara est une jeune femme fière et volontaire de la haute société sudiste. Courtisée par tous les bons partis du pays, elle n’a d’yeux que pour Ashley Wilkes malgré ses fiançailles avec sa douce et timide cousine, Melanie Hamilton. Scarlett est pourtant bien décidée à le faire changer d’avis, mais à la réception des Douze Chênes c’est du cynique Rhett Butler qu’elle retient l’attention…
https://www.youtube.com/watch?v=CAFFa_tGfls

[/box]

Film N°3 : Pretty Woman

A nouveau Julia Roberts avec Richard Gere en 3ème place avec Pretty Woman, un conte de fées moderne.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Garry Marshall (1990) avec Richard Gere, Julia Roberts, Ralph Bellamy.

Synopsis :
Edward Lewis, homme d’affaires performant, rencontre par hasard Vivian Ward, beauté fatale qui arpente chaque nuit les trottoirs d’Hollywood Boulevard. La jeune femme ne fera qu’une bouchée du brillant PDG.
https://www.youtube.com/watch?v=YYObOG0Vkvg

[/box]

Film N°2 : Titanic

En deuxième place, on retrouve Titanic évidemment avec Kate Winslet et Leonardo DiCaprio.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de James Cameron (1998) avec Leonardo DiCaprio, Kate Winslet, Billy Zane.

Synopsis :
Southampton, 10 avril 1912. Le paquebot le plus grand et le plus moderne du monde, réputé pour son insubmersibilité, le « Titanic », appareille pour son premier voyage. Quatre jours plus tard, il heurte un iceberg. A son bord, un artiste pauvre et une grande bourgeoise tombent amoureux.

[/box]

Film N°1 : Dirty Dancing

Le grand gagnant de ce top est une nouvelle fois Dirty Dancing. A croire que ce film prend toutes les premières places puisque c’était déjà votre choix pour le meilleur film de danse.

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Un film de Emile Ardolino (1987) avec Jennifer Grey, Patrick Swayze, Jerry Orbach.

Synopsis :
Dans les années soixante, Bébé passe des vacances familiales monotones jusqu’au jour où elle découvre qu’un groupe d’animateurs du village estival forment un groupe de danse. Pour la jeune fille sage, c’est le début de l’émancipation grâce au « dirty dancing », cette danse ultra-sensuelle et la rencontre avec Johnny Castel, le professeur de danse.
https://www.youtube.com/watch?v=HFK_i5r1WJk

[/box]

De Guerre Lasse – un film fort et bouleversant


Warning: Undefined variable $debug in /homepages/30/d253635342/htdocs/cinebuz/wp-content/plugins/embed-object/embedObject.php on line 107
De Guerre Lasse
Jalil Lespert et Mhamed Arezki dans De Guerre Lasse
© SND

Le 7 mai 2014 sort dans les salles De Guerre Lasse, un polar bouleversant d’Olivier Panchot (Sans moi) avec Jalil Lespert et Tchéky Karyo.

De Guerre Lasse – Synopsis

Alex, fils d’un caïd pied-noir marseillais, s’est engagé dans la Légion pour échapper à un règlement de compte avec la mafia Corse… 4 ans plus tard, Alex déserte et revient sur Marseille pour retrouver Katia, son amour de jeunesse. Mais en ville les rapports de force ont changé : son père s’est retiré des affaires, laissant les Corses et les gangs des Quartiers Nord se partager le contrôle de la ville. La détermination d’Alex va bouleverser cet équilibre fragile au risque de mettre sa famille en danger…

De Guerre Lasse – La critique

En choisissant le thème du secret de famille et ses lourdes conséquences, Olivier Panchot, le réalisateur de De Guerre Lasse, ne fait pas seulement un bon polar, il transcende le genre en l’emmenant vers la tragédie. Le film est noir, fort et bouleversant. On sent chez Olivier Panchot l’influence d’un James Grey et on se dit qu’il faudra compter sur ce réalisateur à l’avenir.

L’image est réaliste, cru, désaturée. Caméra à l’épaule, le réalisateur filme un Marseille loin de la carte postale, des lieux rarement vus au cinéma, les quartiers Nord, les ambiances de rue, une ville complexe où de nombreuses communautés se croisent et s’affrontent. Olivier Panchot est au plus près des gens comme de ses protagonistes.

Les acteurs sont justes, précis et sensibles dans leurs interprétations de personnages complexes. Au casting, il y a d’abord, Jalil Lespert (Le petit lieutenant, Ne le dis à personne) dans le rôle d’Alex, traumatisé par la guerre en Afghanistan, il parle peu, sa présence en impose, un acteur tout en testostérone et à la fois fragile, beaucoup de choses passent par le regard. Tchéky Kario (Belle et Sébastien, Jappeloup) casse son image de gros dur en jouant un mafieux retiré des affaires, vieux, fatigué, attachant en robe de chambre et en babouches.
Hiam Abbas (La source des femmes) joue l’épouse de Tchéky Karyo, îcone de la femme orientale, ses enfants sont Mhamed Arezki (Mohamed Dubois) très juste dans un personnage qui est à l’opposé de ce qu’il jouait dans des comédies auparavant, puis Sabrina Ouazani (Le passé, La source des femmes) comédienne très instinctive.

L’histoire écrite par Olivier Panchot, lui-même issu d’une famille pied-noir, est dense. C’est plus une tragédie familiale qu’un polar. On est très vite dans l’empathie avec les personnages. La violence n’épargne pas le spectateur, elle est montrée sans fard mais elle n’est jamais gratuite. Puis, il y a la guerre en filigrane, celle d’Algérie dont les blessures restent encore ouvertes, puis celle d’Afghanistan qui fait tout autant de dégâts mais dont on ne parle pas comme si ces soldats français étaient partis faire une promenade en montagne. Aucun flash-back pour montrer cette violence là ; elle est dans le secret, dans les dialogues. Le film est incisif, le montage coupé court, sans aucune longueur.

Si l’image est réaliste à l’écran, il n’en est rien pour la bande-son très travaillée, très subjective notamment lorsqu’Alex revit son passé traumatisant de soldat. On ne sait plus quels sont les vrais sons, ceux imaginés et où s’arrête la musique. On a l’impression d’être à l’intérieur de la tête du personnage. La musique d’Eric Neveux, tantôt classique, tantôt électronique, participe à la narration renforçant l’impact des scènes.

De Guerre Lasse – En conclusion

Rare sont les polars français avec une telle intensité, De Guerre Lasse est un film poignant et intelligent que nous vous invitons à aller voir rapidement.

L'affiche du film De Guerre Lasse DE GUERRE LASSE
Date de sortie : 7 mai 2014
Réalisateur : Olivier Panchot
Acteurs : Jalil Lespert, Tcheky Karyo, Hiam Abbass, Mhamed Arezki, Sabrina Ouazani, Jean-Marie Winling
Genre : Polar
Nationalité : France
Durée : 1h34