Astérix et Obélix: Au service de sa majesté

Astérix et Obélix au service de sa majesté

Synopsis

Nous sommes en 50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions, il décide d’envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Britania, la Bretagne. La victoire est rapide et totale. Enfin… presque. Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces faiblissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d’envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax qui est au service de sa majesté, chercher de l’aide en Gaule, auprès d’un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains…

Dans le village gaulois en question, Astérix et Obélix sont déjà bien occupés. Le chef leur a en effet confié son neveu Goudurix, une jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés en faire un homme. Et c’est loin d’être gagné. Quand Jolitorax arrive pour demander de l’aide, on décide de lui confier un tonneau de potion magique, et de le faire escorter par Astérix et Obélix, mais aussi Goudurix, car ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu…

Critique

Bien que j’ai dévoré toutes les BD, vu et revu « Astérix contre César » et « Astérix mission Cléopâtre », c’est plutôt en trainant les pieds que j’ai été visionner Astérix et Obélix au service de sa majesté. Et à juste titre! L’histoire se met plus que lentement en place, le village des irréductibles gaulois résistant encore et toujours à l’envahisseur ressemble à un décor de conte de fées et tout ce qui se rapporte à l’Angleterre fait penser au XVIII ème siècle. Si tout ce qui se rapporte aux décors, aux costumes, aux couleurs plaira à coup sûr aux 4/ 10 ans, les allusions aux stéréotypes anglais (le thé à 5h, la passion de la reine pour ses chiens, …) et aux situations économiques et sociales d’aujourd’hui (le débat sur l’homosexualité, la crise, les immigrés clandestins) ne sont compréhensibles que par des adultes. Après 1h30 d’ennui profond, arrive enfin la scène de la bataille. Si les petits finissent sur une bonne note (les gaulois ont gagné), les plus grands trouveront la fin fade et sans véritable intérêt.

Crédit images: UGC Ciné Cité Bordeaux

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *