Accueil / Cinéma / KHUMBA – LA CRITIQUE ET RESUME DU FILM

KHUMBA – LA CRITIQUE ET RESUME DU FILM

Khumba

Khumba

En partant d’un conte et d’une belle empreinte africaine, musicale entre autres, Khumba divertira agréablement les jeunes spectateurs. L’histoire n’est pas si inventive mais les saynètes sont bien rigolotes et tiennent le public.

KHUMBA – SYNOPSIS

Pour Khumba, un jeune zèbre né avec seulement la moitié de ses rayures, la vie est un peu plus noire que blanche. Le malheureux est rejeté par son troupeau trop superstitieux, et c’est lui que tout le monde tient pour responsable de la sécheresse soudaine qui frappe tout le territoire. Avec l’aide d’un gnou culotté et d’une autruche extravagante, Khumba se lance à travers le désert de Karoo pour découvrir le trou d’eau où la légende dit que les premiers zèbres ont reçu leurs rayures. Sur sa route, il va multiplier les rencontres, mais avant de pouvoir revenir chez lui, il devra affronter bien des épreuves et vivre beaucoup d’aventures. Ses rayures, Khumba va devoir les gagner !

KHUMBA – LA CRITIQUE

Un clan de zèbres, depuis longtemps à l’abri dans leur enclos, vont voir leur sécurité et leur nombrilisme à l’épreuve avec l’arrivée d’un petit zèbre… enfin, d’un demi-zèbre, Khumba. Il concentre les craintes de son peuple et va s’aventurer seul hors des sentiers battus en suivant une carte prophétique. Les pièges rencontrés, animals ou humains, sont souvent plus drôles qu’effrayants. Un grand nombre de personnages sont fêlés et les autres restent un peu fades, même le grand méchant Phango, le léopard. Malheureusement j’ai aussi trouvé la traduction un peu décevante, elle surfe sur un langage « jeunes » mais, à certains moments, laisse de côté les plus jeunes spectateurs, pourtant le public cible.

L’intérêt du film réside surtout dans cette faune de Karoo (désert sud africain et non personnage littéraire de Steve Tesich!). Les animaux sont stylés en reprenant des bases de la culture africaine et l’ambiance musicale est parfaite. Les personnages délirants nous entraînent jusqu’à la prochaine étape, un zèbre, une autruche, un grand lièvre, un chien du désert. L’intolérance face à la différence de ce demi-zèbre est bien là mais tout cela manque d’implication. Il s’agit plutôt d’une ode à la nature! Remarquons la magnifique mise en scène des sens du léopard, borgne et hyper olfactif.

KHUMBA – RESUME

Ce second film d’animation des studios Triggerfish Animation ne propose pas encore un spectacle emportant tout le public, adulte et enfant. Le scénario, assez décousu, est pourtant accompagné par de belles scènes d’humour. L’animation n’est pas encore aussi fluide et texturée que les films sortant de chez Pixar ou Dreamworks mais elle offre de belles approches. Gageons que ce tout jeune studio se perfectionne à nous proposer des histoires africaines incarnées. A suivre!

Khumba le filmKHUMBA
Date de sortie : 23 avril 2014
Réalisateur : Anthony Silverston
Acteurs : Jake T. Austin, Liam Neeson, Steve Buscemi
Genre : Animation , Aventure , Famille
Nationalité : Sud-Africain
Durée : 1h23min
En partant d'un conte et d'une belle empreinte africaine, musicale entre autres, Khumba divertira agréablement les jeunes spectateurs. L'histoire n'est pas si inventive mais les saynètes sont bien rigolotes et tiennent le public. KHUMBA - SYNOPSIS Pour Khumba, un jeune zèbre né avec seulement la moitié de ses rayures, la vie est un peu plus noire que blanche. Le malheureux est rejeté par son troupeau trop superstitieux, et c’est lui que tout le monde tient pour responsable de la sécheresse soudaine qui frappe tout le territoire. Avec l’aide d’un gnou culotté et d’une autruche extravagante,…

Critique de Ciné Buzz

scénario - 4
Réalisation - 6
Bande son - 6

5.3

A propos de Vanessa

Bloggeuse par ailleurs, j'intègre depuis peu l'équipe. Je prends énormément de plaisir à suivre des sélections de films indépendants mais ne rechigne pas à visionner un grand blockbuster. J'adore les effets spéciaux tout autant que des scénarios plus intimistes. Les films me restent en tête souvent par leur bande originale (James Horner, Danny Elfman, ...). Maman, je succombe à regarder des documentaires de tous poils, plumes, dents, temps et sciences. Et craque souvent pour le trentième visionnage d'un Miyazaki ou un film d'animation japonaise.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*