Accueil / Cinéma / Last days of summer – La critique et le résumé

Last days of summer – La critique et le résumé

Gattlin Griffith, Josh Brolin et Kate Winslet dans Last Days Of Summer

Mettre à l’écran un livre est toujours chose difficile, d’autant plus que « Long week-end » de Joyce Maynard avait reçu en son temps un accueil enthousiaste. Un évadé va trouver refuge dans une famille isolée, une mère déprimée et un fils prenant soin d’elle. L’homme est peut-être dangereux mais le duo a besoin de retrouver goût à la vie, ils prennent le risque de la rencontre. Ce huit clos affectif est très bien mené par des acteurs incarnés, Adèle (Kate Winslet) et surtout les deux Frank, jeune (Tom Lipinski) et adulte (Josh Brolin), charismatiques. Malgré une belle réalisation, les lecteurs du roman original seront peut-être déçus de ne pas retrouver tous les élans de jeunesse du fils et le panel complet des sentiments de culpabilité ressentis par les trois.

LAST DAYS OF SUMMER – SYNOPSIS :

Lors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux. Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer…

LAST DAYS OF SUMMER – CRITIQUE :

Les rôles sont perturbés dans la famille que forment Adèle et son fils. La mère est en proie à des angoisses aigües, elle ne sort plus de chez elle, ne travaille pas. Henri semble l’homme de la maison, le père ayant refait sa vie. Et pourtant, lors d’une rare expédition pour quelques courses, le danger les croise. Frank est imposant, blessé, un peu manipulateur. Les heures passent. Plusieurs fois, Adèle et Henri auraient pu le dénoncer et pourtant il est là. Il est la force vitale, un déclic. Adèle tente de protéger son fils. Mais cet homme est attentionné, serviable et patient. Il voit la faille et prend le temps.

Les rapports humains ont une réelle épaisseur dans ce film. Frank dégage un magnétisme puissant et par la parole et le soin apporté à tous, passe de kidnappeur à invité et même hôte. La lenteur du film permet cette évolution chez chacun. Les angoisses se dénouent, les filiations se font, les affections se complètent. L’atmosphère pesante devient libératrice de sensualité et de priorités.

LAST DAYS OF SUMMER – RESUME :

Le défi est assez bien relevé : LAST DAYS OF SUMMER donne une illustration fidèle du livre de Joyce Maynard. Jason Reitman réalise ainsi un autre film touchant et nuancé. Les scènes sont tour à tour oppressantes, enveloppantes, chaleureuses. Frank jeune apporte une révélation tout autant qu’un mystère et, tout du long, la prise de risque en est une, évolutive. Le tout est porté par un talentueux casting d’acteurs. C’est lent, long mais bon !

J’avais billeté le roman « Long week-end » de Joyce Maynard sur mon blog « Une page lue chaque soir »

Last Days Of Summer - affiche du film

Last Days Of Summer – affiche du film

LAST DAYS OF SUMMERDate de sortie : 30 avril 2014
Durée : 1h51
Genre : Drame, Romance
Un film de Jason Reitman
Avec Kate Winslet, Josh Brolin, Gattlin Griffith, Tom Lipinski, James Van Der Beek
Mettre à l'écran un livre est toujours chose difficile, d'autant plus que "Long week-end" de Joyce Maynard avait reçu en son temps un accueil enthousiaste. Un évadé va trouver refuge dans une famille isolée, une mère déprimée et un fils prenant soin d'elle. L'homme est peut-être dangereux mais le duo a besoin de retrouver goût à la vie, ils prennent le risque de la rencontre. Ce huit clos affectif est très bien mené par des acteurs incarnés, Adèle (Kate Winslet) et surtout les deux Frank, jeune (Tom Lipinski) et adulte (Josh Brolin), charismatiques. Malgré une belle réalisation, les lecteurs du…

Critique de Ciné Buzz

Réalisation - 6
Scénario - 8
Emotions - 6
Casting - 8

7

Résumé : Des émotions à fleur de peau et une seconde chance: un film à aller voir.

A propos de Vanessa

Bloggeuse par ailleurs, j’intègre depuis peu l’équipe. Je prends énormément de plaisir à suivre des sélections de films indépendants mais ne rechigne pas à visionner un grand blockbuster. J’adore les effets spéciaux tout autant que des scénarios plus intimistes.
Les films me restent en tête souvent par leur bande originale (James Horner, Danny Elfman, …).
Maman, je succombe à regarder des documentaires de tous poils, plumes, dents, temps et sciences. Et craque souvent pour le trentième visionnage d’un Miyazaki ou un film d’animation japonaise.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*