Accueil / Cinéma / Interview / Gravity : Interview d’Alfonso Cuaron

Gravity : Interview d’Alfonso Cuaron

Gravity : Interview d'Alfonso Cuaron

Gravity : Interview d’Alfonso Cuaron

Alfonso Cuaron nous répond à une interview pour le film Gravity

Commençons par la fin ! Pourquoi avoir choisi ce final où l’on voit le docteur Ryan Stone (Sandra Bullock) sortir de l’eau pour reprendre pieds sur terre ?

La fin, comme vous pouvez le deviner, n’a pas été choisi par hasard. Il s’agit d’une métaphore de la vie qui sort de l’eau. Tout comme la théorie de l’évolution nous exprime le concept de l’apparition de la vie issue du milieu aquatique, de même la vie reprend lorsque Ryan sort de l’eau. C’est un clin d’œil à la fois au fait que la vie soit si fragile, que la nature soit un élément central dans lequel nous évoluons mais également un retour aux sources si l’on peut dire.

Une introspection…

Ce film se veut aussi être une nouvelle connaissance de soi. La lutte que mène le docteur Ryan n’est pas une simple lutte pour la survie face aux éléments extérieurs, mais également une lutte intérieure qui doit l’amener à dépasser ses propres craintes, qui doit l’amener à se surpasser. C’est l’un des aspects du film qui a d’ailleurs amené à choisir Sandra Bullock comme protagoniste. En effet, Sandra cherchait à travailler dans l’adversité, ce film était donc une occasion rêvée pour elle.

Qui plus est, le film devait se faire derrière une héroïne symbole de fertilité avec la Terre en arrière-plan. La renaissance d’un personnage, la flamme qui se rallume et un personnage qui cherche son échappatoire sont vraiment un rôle que Sandra a incarné avec brio.

La musique…

A la question, pourquoi avoir voulu donner une place importante à la musique alors que le film se déroule dans un lieu où le silence est maître ; Alfonso répond avec humour : « Dans l’espace il n’y a pas de son, mais dans les films, il y a de la musique ! ». En effet le film aurait été trop ennuyeux sans son, et ce n’est pas nous fan de la première heure qui allons lui reprocher ce point =).

Un aspect cyclique…

Alfonso Cuaron a voulu donner un aspect cyclique à la destruction de l’espace pour donner cette impression que notre temps est en effet compté. Cela renforce l’angoisse et la pression exercée par le film. La lutte pour la survie est aussi une lutte contre le temps qui passe.

Pourquoi la 3D ?

La 3D a entièrement sa place dans ce genre de film. C’est une idée qui était présente dès le début. Quatre ans et demi s’écoulèrent entre le scénario et la réalisation du film qui ne furent vraiment pas une tâche facile à surmonter.

Quelques conseils…

Afin de réaliser un film qui colle le plus possible à la réalité, Alfonso Cuaron s’est inspiré des conseils d’astronautes. C’est notamment sur les questions du mouvement dans l’espace que la question se posait le plus. En effet, comment réaliser des déplacements qui donnent l’impression d’être vraiment dans l’espace ? C’est alors que les conseils des astronautes furent vraiment un apport positif.

Au demeurant, le rôle des acteurs fut réellement un exercice d’abstraction. L’idéal aurait été naturellement de tourner dans l’espace, mais vous comprendrez bien que cela était impossible.

Le réalisateur ne nous cache pas d’ailleurs qu’être astronaute était un désir dès son plus jeune âge. On comprend alors mieux son appétence pour la réalisation de Gravity !

Longue scène…

C’est de façon volontaire, afin de s’immerger vraiment dans le film, qu’il fut décidé d’établir une longue scène de 20 minutes environs sans coupure, et ce dès le début. On constate d’ailleurs beaucoup de plans séquences très longs au cours du scénario.

Réalité ou fiction ?

Pour Alfonso, Gravity se veut être une fiction spéculative. Il est difficile de placer une frontière entre la science-fiction et le fantastique, la limite reste vraiment floue.

Fin alternative !

C’est avec humour, qu’Alfonso Cuaron nous raconte l’idée d’une fin alternative qu’il avait envisagé… Après de multiples péripéties surmontées par le docteur Ryan Stone, le spectateur se demande quand ce fléau catastrophique va s’achever. Jusqu’à la fin, Gravity nous tient en haleine et nous fait croire que Ryan ne va pas survivre. Lorsqu’elle se retrouve au fond de l’eau, on en vient même à penser qu’elle ne va pas survivre mais mourir à deux doigts de la ligne d’arrivée. Eh bien sachez que le réalisateur avait même envisagé au dernier moment de faire revenir sur Terre Matt Kowalsky (George Clooney), en le faisant s’écraser sur Ryan !!! Une fin alternative à n’en pas douter qui en aurait surpris plus d’un !

 

A propos de Max Fulder

Salut à toi lecteur =) ! C'est un peu par hasard que je me suis retrouvé à rédiger des articles ici. Au fil des rencontres, par-ci, par-là et hop chemin faisant avec le goût et la volonté de regarder des bons films, je me suis retrouvé sur cine-buzz!!! Je suis assez ouvert à tous les genres: documentaire, comédie, aventure, fantastique, science-fiction, mais j'avoue avoir aussi un petit faible pour les films d'horreur =). Eh oui, personne n'est parfait!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*